Kudzu science - The home testing company

La référence du Home Testing *

Air pollué, santé en danger !

Attention, votre air est pollué !

Vous venez de repeindre votre chambre ? Vous avez acheté récemment un meuble en bois aggloméré ? Vous bricolez régulièrement en utilisant des colles, des décapants ? Vous utilisez des sprays d'ambiance et des insecticides ? Vos enfants ont des jouets en plastique...

Alors votre air intérieur est probablement contaminé par des polluants chimiques : les COV (Composés Organiques Volatils) et les aldéhydes.



Quels sont les polluants chimiques à l´intérieur de ma maison : formaldéhyde, benzène...?

L’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI) a publié un classement des polluants de l’air intérieur.
Les plus nocifs sont le formaldéhyde, le benzène et le toluène. Ces COV et ces aldéhydes sont invisibles et sont présents partout dans nos maisons mais aussi dans votre bureau. Ils s’évaporent régulièrement de nos placards, de nos sols ou encore de nos murs et participent à la pollution intérieure.

POLLUANTS INTERIEURS : LE CLASSEMENT DES SUBSTANCES PRIORITAIRES:

  • 7 substances « hautement prioritaires » (Groupe A): formaldéhyde, benzène, acétaldéhyde, particules, radon, di-éthylhexyl-phtalate (DEHP) et dichlorvos.
  • 12 substances « très prioritaires » (Groupe B) : dioxyde d'azote, allergènes de chien, acariens, toluène, trichloréthylène, plomb, tétrachloroéthylène, dieldrine, allergènes de chat, aldrine, paraffines chlorées à chaîne courte et monoxyde de carbone.
  • 51 substances « prioritaires » (Groupe C) parmi lesquelles des biocides, les champs électromagnétiques très basse fréquence, des composés organiques volatils, des éthers de glycol, les endotoxines, des phtalates, des organoétains et les fibres minérales artificielles.
  • 5 substances inclassables (Groupe I) parmi lesquels le 2-éthoxyéthylacétate, le 2-méthoxyéthanol, le 2-méthoxyéthyleacétate, l´alkyl phénol (4NP), des phtalates (DPP), l´endosulfan, le 2-éthoxyéthanol et l´oxadiazon

Où se trouvent les polluants de l´air intérieur chez moi ?

  • Le formaldéhyde et les autres aldéhydes : panneaux de particules, panneaux en bois aggloméré, mousses isolantes, colles, peintures, fumée de tabac, cosmétiques, jouets d’enfants, livres et magazines neufs.
  • Le toluène, le benzène et les autres hydrocarbures : produits de bricolage, tapis, peintures, antimites, vernis, détachants, matières plastiques…
  • D’autres COV classés comme nocifs également sont dégagés par le nettoyage à sec, le textile et les désodorisants.

Bref, notre air intérieur est pollué, nous sommes entourés de polluants de l’air intérieur. Et nous en faisons entrer régulièrement de nouveaux dans notre habitat.


Quelles sont les conséquences d’une exposition quotidienne à ces polluants chimiques ?

Selon l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire ANSES, nous passons de 70% à 90% de notre temps dans des lieux fermés (maison, bureau, école, transport..) et la pollution de l’air intérieur est bien supérieure à celle extérieure.
La recherche permanente d’une meilleure isolation de nos maisons accentue ce phénomène de pollution intérieure, nos logements sont plus calfeutrés.

Depuis 20 ans, les pathologies liées à la pollution de l’air sont en nette augmentation, notamment les affections respiratoires. Vous avez probablement déjà entendu parler du syndrome des bâtiments malsains (en anglais Sick Building Syndrome), qui se caractérise par l’apparition de maux de têtes, troubles de la concentration, irritations de la peau, des yeux, du nez et des voies aériennes supérieures... (étude Leroyer et Dewitte, 2003). Selon de nombreuses études épidémiologiques publiées, une exposition continue aux COV peut également provoquer une aggravation de l'asthme et des allergies.

Le formaldéhyde, le benzène ou le benzopyrène font partie des solvants les plus préoccupants, et ont un effet cancérigène démontré. Certains solvants sont même soupçonnés d’être toxiques pour la reproduction ou de perturber le système nerveux, endocrinien - perturbateurs endocriniens (PE)- et immunitaire.

Les risques sont encore plus élevés pour les personnes sensibles. Les femmes enceintes, enfants, personnes âgées, malades… passent généralement beaucoup de temps à l’intérieur des habitations.


 

Où en est la réglementation sur la pollution intérieure ?

Contrairement à la pollution extérieure, la pollution intérieure est une préoccupation récente. Des études ont déjà été menées, et la recherche avance. Mais aujourd’hui, nous ne disposons pas d’une liste exhaustive des polluants chimiques que l’on peut trouver dans l´air intérieur de nos maisons. Les seuils de toxicité et les limites d’exposition à ne pas dépasser n’existent que pour très peu de polluants de l´air intérieur à l’heure actuelle.

L’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI) et l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSES) établissent des valeurs de référence appelées « valeurs guides de qualité de l’air intérieur» (VGAI). Ces valeurs guides existent déjà pour les substances prioritaires comme le formaldéhyde et le benzène. Dans les mois et les années à venir, des valeurs guides pour d’autres substances considérées comme prioritaires seront disponibles. Consulter la base documentaire pour en lire plus sur les VGAI de chaque polluant chimique de l´air intérieur.

Une des priorités du Grenelle de l’environnement et du deuxième Plan National Santé Environnement (2009 > 2014) est la qualité de l’air intérieur. Ils mettent en place plusieurs mesures telles que l’interdiction d’intégrer certaines substances cancérigènes dans les produits de construction et de décoration. Lire les mesures phares du Grenelle Environnement

Effectivement, les choses bougent beaucoup ces derniers temps :   

L’Europe veut aussi y voir plus clair. Le projet REACH a pour objectif, d’ici 2018, de recenser 30.000 substances chimiques, pour définir leur toxicité et leur impact environnemental. Lire le projet de réglementation REACH. De plus l’OQAI est partie prenante de deux projets européens SINPHONIE et OFFICAIR auxquels participent respectivement 23 et 8 pays européens, pour l’amélioration des connaissances sur la qualité de l’air dans les écoles et les immeubles de bureaux neufs ou rénovés.

Pour résumer, aujourd’hui, il est urgent d’agir par nous-même et de savoir ce qui se passe dans l´air intérieur de nos maisons.

Avec Kudzu Science, j'ai le pouvoir de savoir si mon air est pollué !

Nous sommes entourés de produits et meubles nocifs pour notre santé. Aujourd'hui, Kudzu Science vous donne la possibilité de savoir si votre air est pollué et de mesurer avec précision le niveau de pollution de votre air intérieur. En utilisant le kit Kudzo Duo Air intérieur (COV et aldéhydes), tous les polluants chimiques dangereux pour la santé seront analysés et vous disposerez d'une vision globale du niveau de pollution de votre air intérieur.
Cliquez ici pour plus d'informations sur le kit Kudzu duo Air Intérieur.

 

Découvrez l'intégralité des informations, liens utiles, vidéos ...

consulter la base documentaire
  • Nos Garanties

    Paiement sécurisé, anonymat et confidentialité des données.

    En savoir plus »

  • Comment ça marche ?

    Découvrez les étapes clés du concept Kudzu Science.

    En savoir plus »

  • Allez plus loin

    Base documentaire, liens utiles, vidéos et lexique.

    En savoir plus »

  • Contactez nous

    Nous sommes à votre disposition pour tout renseignement.

    En savoir plus »

Kudzu Science développe et commercialise des kits d’analyse à destination des particuliers, dans les domaines de la santé environnementale et humaine. Les kits d'analyse de la qualité de l'air intérieur et des allergènes domestiques pour mesurer le niveau de pollution de l'air intéieur par les COV, les aldéhydes et les allergènes domestiques sont faciles d'utilisation. Les kits d'analyse de la pollution de l'eau par les pesticides permettent de tester son eau de consommation. Les kits d'analyse en de la gamme Santé & Bien-Être permettent de faire le bilan de vos habitudes de consommation d'alcool, d'évaluer votre exposition au tabagisme et d'évaluer votre exposition aux pesticides d'usage domestique courant ou spécifiquement employés dans la viticulture. Les résultats sont fiables grâce au laboratoire de Kudzu Science qui analyse les prélèvements avec des instruments de haute technologie.
* La référence des tests à domicile