Kudzu science - The home testing company

La référence du Home Testing *

Les émissions de COV en France

10 juillet 2014

PARTAGER CETTE actualité :

La qualité de l’air, qu’elle soit extérieure ou intérieur, est devenue l’une des préoccupations majeures du XXIième siècle. Qu’ils soient émis en intérieur (habitations, lieux de travail), ou dans l’environnement (rejets industriels), les émissions de Composés Organiques Volatils (COV) sont soumises à une législation de plus en plus sévère et ce depuis les fin des années 80.

Qu’est-ce qu’un COV ?
Un Composé Organique Volatil (COV) est une substance qui se caractérise par sa grande volatilité. C’est-à-dire, qu’il a tendance à se volatiliser facilement à température et pression ambiante. La Directive européenne « Industrial Emission Directive » (IED), donne la définition suivante :
« Composé organique ayant une pression de vapeur de 10 Pa ou plus, à une température de 20 °C (293,15 K) ou ayant une volatilité correspondante dans des conditions d’utilisation particulières. »
Les COV peuvent être classés en familles chimiques :
- Alcanes (butane)/Alcènes (éthylène)
- Alcools (éthanol)
- Ethers de glycol
- Hydrocarbures halogénés (Chloroforme)
- Hydrocarbures aromatiques (benzène)
- Aldéhydes (formaldéhyde)/Cétones (acétone)
- Ammoniac et amines …

D’où proviennent les COV en France ?
Les COV sont émis principalement par cinq secteurs d’activités : le Transport routier (41%), le secteur Résidentiel/Tertiaire (27%), l’Industrie manufacturière (23%), l’Energie (6%), l’Agriculture (2%), le Transport autre que routier (1%). La production de COV est en grande baisse depuis 1988 qui correspond au début de la comptabilisation des COV et aux plans de réductions français et européens qui ont découlés.
L’émission de COV a donc été fortement réduite en 20 ans et particulièrement dans les secteurs du Transport routier : 90 % (-969 kilo-tonne ou kt), de l’Energie : 73,5 % (- 119 kt) et de l’Industrie : 50 % (-282 kt).

Icone COV Emission France

Quels sont les impacts des COV sur l’environnement ?
L'impact sur l'environnement peut s'effectuer de manière directe, car comme tout polluant photochimique, les COV contribuent à la dégradation forestière, indirecte et de trois manières différentes:
- Pollution photochimique : elle est due aux générations de radicaux, causée par les COV, qui vont oxyder les monoxydes d'azote (NO) en dioxydes d'azote (NO2), ce qui empêche alors la destruction de l'ozone (O3 + NO = O2 + NO2), dans la troposphère (proche de la Terre). Une augmentation de l'ozone a des effets néfastes sur la santé (troubles respiratoires) ainsi que sur l'environnement (gaz à effet de serre).
- Destruction de la couche d'ozone stratosphérique: Cet ozone présent plus en altitude, permet de capter les rayons UV émis par le soleil et d'empêcher des mutations génétiques chez l'Homme. Or, les COV chlorés, produits généralement en grandes quantités, vont venir détruire cette couche, ainsi perturber l'équilibre naturel régissant sur la présence d'ozone dans l'atmosphère.
- Effet de serre: La température moyenne de la Terre résulte de l'équilibre entre le flux de rayonnement IR (Infra Rouge) envoyé par le soleil et celui absorbé ou réfléchi et renvoyé, par la croute terrestre, vers l'espace. Le CO2, le CH4, l'O3, mais aussi les composés chlorés et les autres COV, empêchent les IR de s'échapper vers l'espace. Cela engendre donc une hausse de la température sur notre planète.

Quels sont les impacts des COV sur l’Homme ?
L'impact des COV sur l'Homme se fait de manière directe, et varient suivant les produits envisagés. Cela peut aller de la simple éruption cutanée (acétaldéhyde), des irritations des yeux, du nez et des voies respiratoires jusqu'à des troubles neurologiques, l’apparition de cancer ou des mutations génétiques (benzène). Principalement en industrie, la pénétration des COV se fait par inhalation mais aussi par contact cutané ou voire même une ingestion.
De plus, l'ozone à un effet direct sur l'Homme lorsqu'il se trouve dans la troposphère. Ces effets peuvent se manifester par de l’essoufflement, de la toux, une fatigue extrême, une irritation des yeux, etc.

Quelles sont les solutions pour le traitement de l’air industriel ?
Les pistes pour réduire les émissions sont multiples. La réduction à la source (amélioration du procédé industriel, optimisation des flux, changement de réactifs etc.) reste logiquement la solution à privilégier. Pour des raisons économiques ou techniques certaines installations ne peuvent réduire significativement leurs rejets et doivent donc envisager de mettre en place une solution de traitement de l’air industriel en aval du procédé (traitement des flux gazeux) ou directement dans l’environnement (traitement de l’air ambiant).
On peut distinguer deux grandes familles technologiques de traitement de l’air: traitements dits « destructifs » et traitements « récupératifs ».
Le traitement « destructif » est constitué de plusieurs méthodes de traitement particulièrement utilisé pour traiter l’air industriel qui contient une grande quantité de COV, mais il doit aussi être évacué avec un débit important. On parle alors d’oxydation thermique, catalytique ou biologique.
Le traitement « récupératif » quant à lui est utilisé pour traiter des effluents gazeux moins concentrés et ayant un débit plus faible. Ces techniques sont, par exemple l’absorption, l’adsorption et sur charbons actifs et la condensation.

Pour aller plus loin sur les techniques de traitement de l’air industriel

Article rédigé par Damien WEBER, entreprise WEB’AIR spécialisée dans le traitement des COV, traitement de l’air industriel, brouillards, et particules fines. http://www.web-air.eu

 

retour à la liste des actualités

FLUX RSS

Pour suivre toute l’actualité Kudzu, abonnez-vous à notre flux RSS.

s’abonner au flux rss


  • Nos Garanties

    Paiement sécurisé, anonymat et confidentialité des données.

    En savoir plus »

  • Comment ça marche ?

    Découvrez les étapes clés du concept Kudzu Science.

    En savoir plus »

  • Allez plus loin

    Base documentaire, liens utiles, vidéos et lexique.

    En savoir plus »

  • Contactez nous

    Nous sommes à votre disposition pour tout renseignement.

    En savoir plus »

Kudzu Science développe et commercialise des kits d’analyse à destination des particuliers, dans les domaines de la santé environnementale et humaine. Les kits d'analyse de la qualité de l'air intérieur et des allergènes domestiques pour mesurer le niveau de pollution de l'air intéieur par les COV, les aldéhydes et les allergènes domestiques sont faciles d'utilisation. Les kits d'analyse de la pollution de l'eau par les pesticides permettent de tester son eau de consommation. Les kits d'analyse en de la gamme Santé & Bien-Être permettent de faire le bilan de vos habitudes de consommation d'alcool, d'évaluer votre exposition au tabagisme et d'évaluer votre exposition aux pesticides d'usage domestique courant ou spécifiquement employés dans la viticulture. Les résultats sont fiables grâce au laboratoire de Kudzu Science qui analyse les prélèvements avec des instruments de haute technologie.
* La référence des tests à domicile